Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
3345 MembresCréer un compte
Forum :Les experts c'est vous !
Forum : Politique Agricole
  • Avatar_blank

    Lettre ouverte à M. Le Président de la République

    Ce sujet a été créé il y a 1 an par Pipet Dominique

    6

    La France agricole agonise…

    Les paysans français, fils de la terre, asservis, fatigués, sont aujourd’hui condamnés à mort !

    Nous les paysans assistons à notre génocide programmé qui évolue dans le plus grand « silence politique ». Il n’y a pas un paysan en France qui ne sache d’où vient le mal !
    Et nos élus, nos « responsables », nos « nouveaux seigneurs », osent nous demander encore plus… Alors que tout le monde sait que depuis quelques années une guerre économique des denrées agricoles fait rage avec de plus en plus de cruauté pour le plus grand profit des « businessmen » de l’agro-alimentaire de tout poil, certains allant jusqu’à mettre de l’eau dans la composition des steaks hachés que nous retrouvons dans les cantines de nos enfants. Vous comprendrez, Monsieur le Président, que le producteur de viande bovine que je suis soit désabusé !
    Une incompréhension totale !
    Le ministre actuel de l’agriculture, ayant enfin reconnu que nous ne dégagions pas de marge en produisant viande ou lait, nous propose de réinventer l’agriculture et de devenir les nouveaux « farmers qataris » en produisant du « gaz à la ferme ». Certes je suis conscient que dans les années qui viennent il ne faudra « gâcher » aucune source d’énergie. Mais aujourd’hui ne vous déplaise, pour l’instant, la ferme de M. Beulin n’est pas l’image de la ferme moyenne française… d’autant plus que ses nombreuses casquettes le mettent bien à l’abri de tous les aléas…

    Monsieur Le Président, nos élus qui nous demandent d’en faire plus ont-ils connu un jour la sueur collant à leur chemise dès 7 heures du matin en raison du travail physique effectué ?
    Ont-ils passé plusieurs jours de suite comme des fous à travailler sous le risque de la sentence des éléments naturels ?
    Tous les éleveurs, eux, comprennent ce que je veux dire… A la saison du foin la tension est au maximum, les heures de travail s’enchaînent avec pour toute « pitance » une ou deux bananes mangées en conduisant le tracteur… Tout ça pour prendre de vitesse le mauvais temps qui menace et pour que les balles de foin soient ficelées avant que l’orage n’éclate ! Alors l’éleveur que je suis peut enfin goûter cette ivresse que procure la satisfaction d’avoir accompli son devoir : il a assuré une nourriture de qualité pour tout l’hiver à ses animaux. Et le soir, appréciant le plaisir d’une douche réparatrice comme un « luxe », il a une pensée pour ses ancêtres qui, eux, en étaient privés.
    Il y a maintenant des années que l’on nous a imposé « la traçabilité sanitaire », nous vous demandons juste de vérifier la traçabilité économique !
    Aujourd’hui le dernier des paysans a une comptabilité et il ne demande qu’à la comparer à celle des autres membres de la filière, histoire de voir où passe la marge !
    D’autre part, alors que vous n’êtes pas sans savoir que nos charges structurelles, nos mises aux normes ne sont pas les mêmes que celles de nos collègues « concurrents » européens, vous, de votre fauteuil, vous nous demandez de faire plus ! Sachez que bon nombre d’agriculteurs font des prêts de trésorerie pour acheter leur pain. Nous sommes au taquet en heures de travail, nous sommes au taquet en investissement (mise aux normes) et même si demain tous les paysans buvaient jusqu’à la lie les paroles du ministre actuel de l’agriculture pour investir dans le bio-gaz, donnez-moi le nom de la banque qui oserait vendre de l’argent pour de tels projets à des agriculteurs déjà trop lourdement endettés par le système !
    Nos élus français nous imposent des normes franco-françaises qui évidemment nous condamnent avant de commencer cette guerre économique. De plus, des organismes d’état viennent nous « contrôler » à charge, certains de leurs inspecteurs zélés pratiquant « leur loi », s’arrogeant tout pouvoir.
    Les Élus nous demandent d’être les meilleurs et de gagner cette guerre économique. Je vais vous donner mon ressenti de paysan : cela fait des années maintenant que nous vivons un conflit dont la durée n’est pas favorable au moral des troupes, nous sommes fatigués, affaiblis, tailladés dans nos chairs, chacun tenant au mieux son poste dans sa tranchée. Et cependant, plutôt que de défendre vos « paysans-soldats » et de leur venir en aide, votre artillerie de normes franco-françaises pilonne nos bases et comme si cela ne suffisait pas vous lâchez vos services très spéciaux qui viennent comme les nettoyeurs des tranchées faire leur travail en daguant ceux qui ont déjà la bouche dans la terre.

    Monsieur Le Président de la République, vous qui dans l’exercice de votre mandat avez fait remarquer que la France possédait « encore » une armée, auriez-vous envoyé nos vaillants militaires avec pour toute arme un lance-pierres ?
    En France, Monsieur le Président, la guerre économique agricole fait plus de morts dans les rangs des paysans que les nombreux conflits actuels dans les rangs des militaires.
    La France rurale paye un lourd tribut pour que le peuple français ne manque de rien dans les étals. Les nombreux accidents du travail (tracteurs qui écrasent, taureaux qui tuent les éleveurs), les nombreuses maladies professionnelles (reconnues ou pas), ça, nous le savons, ce sont pour nous les risques du métier ! Mais si je me révolte verbalement, c’est que je ne peux accepter et encore moins oublier tous ces paysans qui ont mis fin à leurs jours. Ne pouvant plus supporter leur situation, ces Fils de la Terre de toute production, de tous âges, se cachent au fond de leur grange pour se donner la mort, laissant derrière eux famille et amis !

    La différence entre un militaire mort au champ d’honneur et un paysan mort pour l’honneur de ses champs c’est que le militaire reçoit une décoration à titre posthume et est inhumé avec les honneurs qui lui sont dus à juste titre alors que le paysan est enterré par les siens avec beaucoup de dignité à l’écart d’une société indifférente et de représentants politiques muets.
    Je pense aussi à tous ces « morts-vivants », ceux dont la situation a fait exploser la famille en engendrant des divorces qui les privent de leurs enfants (le seul trésor qu’ils possèdent), ceux qui sont tombés dans l’alcool et les autres qui comme des zombies marchent aux anxiolytiques.
    J’ai 59 ans et pour la première fois dans une crise agricole le patron de la FNSEA (syndicat qui se dit majoritaire) n’arrive pas à maîtriser la révolte des Jeunes Agriculteurs. Logique : eux ils doivent vivre uniquement du revenu de leur exploitation, payer la cantine des gamins et la cuve de fioul pour travailler la semaine à venir, ils doivent payer les investissements qu’on leur a imposés. Mais faute de marges ils ne peuvent plus boucler. Alors vous pouvez comprendre qu’une grande messe, ça ne leur suffit plus !
    Eux, ils ne sont que de « petits Beulins ». Dans ces moments très difficiles que traverse la France agricole, j’admire ces jeunes qui se lèvent et osent dire qu’ils aiment leur métier et qu’ils veulent vivre dignement de leur travail.
    Pour sortir de cette situation catastrophique M. Beulin propose de créer des « kolkhozes » et Monsieur Le Foll des productions totalement intégrées dans des « super » filières. Je ne suis qu’un simple paysan qui apprend tous les jours. Alors citez-moi en France une production agricole qui soit plus intégrée que la filière porcine ! Et pourtant je me suis laissé dire qu’il y avait quelques soucis en ce moment avec les porcs…
    Depuis quelque temps lorsque le ministre actuel de l’agriculture prend la parole c’est pour rappeler chacun à ses responsabilités. Donc je fais en sorte d’assurer les miennes dans mon travail d’éleveur avec les normes qui me sont imposées, le tout en perdant de l’argent !
    Alors moi, paysan citoyen électeur que je suis, je lui demande de faire le travail pour lequel il perçoit une rémunération.
    Ce n’est pas à nous, paysans de base, de dire à Madame Merkel qu’elle n’est pas une Européenne exemplaire, elle qui fait produire des porcs par de la main d’œuvre des pays de l’Est payée 3 euros de l’heure.
    C’est aux hommes politiques de dénoncer cette situation et de régler le problème : comme dit à juste titre Monsieur Le Foll : à chacun ses responsabilités…
    Les situations révèlent les hommes.

    Voltaire disait déjà : « On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres. » J’ajouterai qu’aujourd’hui : « la faim fait sortir le loup du bois. »
    Vos RG étant présents sur tous les fronts de révolte je suis surpris de votre manque de réactivité.
    Attention, Monsieur Le Président : La France agricole est devenue une véritable poudrière ! Ne jouez pas avec le feu…
    De tout temps les Présidents de la République Française ont été fiers du salon de l’agriculture, certains avec plus ou moins d’affinités mais tous obligés d’en reconnaître le prestige.
    Monsieur le Président, vous qui aimez traverser cette grande ferme française où flottent à leur juste place toutes ces cocardes bleu blanc rouge, ne laissez pas déposer un linceul sur notre France rurale sans réagir !
    En écrivant ces mots je pense à tous les fils de la terre de France, je pense aux bergers qui affrontent les éléments pour faire pâturer au plus haut des estives, aux fils de la mer qui luttent contre vents et marées pendant que dorment leurs concitoyens.

    Près de 500 suicides par an dans la profession agricole ! Je vous implore d’arrêter ce génocide.
    Monsieur Le Président, vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas ! Les plus grandes révoltes ont commencé par des jacqueries !

    Je dédie ma révolte viscérale à tous les orphelins, aux enfants du divorce et à tous ceux qui ont perdu un être cher dans cette guerre qui ne dit pas son nom.

    Monsieur Le Président de la République,

    Recevez l’expression de ma très haute considération,

    Dominique PIPET (éleveur bovin dans la Vienne)

    « Un paysan parmi les autres »

  • 6Réponses
  • Jeandey Antoine

    | posté il y a 1 an le 21/08/2015

    Bonsoir, ce forum est virulent, il cite des noms de personnes de manière très critique, mais sans être insultant, c'est pour cela que je l'ai accepté. Merci à celles et ceux qui répondront et participeront à ce forum de rester à l'intérieur d'une forme de décence dans l'expression : critiquez les actions (ou inactions) des uns ou des autres si vous le souhaitez, mais pas d'insultes sur les personnes, sur les hommes svp.
    Au-delà, merci à Dominique Pipet de dépeindre avec autant de coeur une situation que l'on sait effectivement proche du tragique pour beaucoup.

  • paysannature leon

    | posté il y a 1 an le 23/08/2015

    Bonjour , Merci à Dominique Pipet, mais nous n'avons plus rien à espérer de nos "pauvres"gourvernants , pour l'instant leur seul objectif est de suivre comme parole d'évangile les dires de ce M.Beulin ,président d'un syndicat de l'agro-alimentaire fonctionnant avec cotisations d'agriculteur....
    Je pense tout d'abord à ces agriculteurs adhérents FNSEA qui seraient inspirer de faire un peu d'ordre dans leur soit disant syndicat agricole qui depuis très longtemps ne défend plus le revenu des paysans
    Ensuite , s'il y a une solution pour l'agriculture de ce pays ,elle ne viendra que d'une réaction efficace des seuls vrais agriculteurs unis tous ensemble pour véritablement sortir de cette crise durablement
    Les consommateurs observent avec attention les difficultés de notre agriculture et peuvent être des acteurs incontournable de cette sortie de crise
    L'espoir ne peut venir que de notre capacité à réagir .......!

  • Singlit Olivier

    | posté il y a 1 an le 24/08/2015

    Bonsoir dominique Pipet votre lettre est tres lucide,on pourrait y ajouter que tout est fait pour detruire l'agriculture familiale,au profit d'une agriculture industrielle et capitaliste.Le syndicat majoritaire, l'europe et le ministere s'y emploient a grand renfort de contraintes administratives delirantes sous couvert de verdissement!!

  • Blaisagri08

    | posté il y a 1 an le 10/01/2016

    @Singlit Oliver,
    Ils veulent des prix, le reste ils s'en foutent, le problème c'est qu'ils disent l'inverse!

  • Jeandey Antoine

    | posté il y a 1 an le 13/02/2016

    L'auteur de ce forum, de cette lettre ouverte au Président de la République, vient de poursuivre son action : http://www.centre-presse.fr/article-441792-trois-agriculteurs-de-la-vienne-denoncent-le-genocide-paysan-sur-la-tombe-du-soldat-inconnu.html

  • bell p

    | posté il y a 28 jours le 30/03/2017

    Bonsoir

    Tout à fait d'accord avec toi, as tu écrit au Président de la République et t'as t il répondu, je pense que cela serait bien aussi d'écrire au Ministre de l'Agriculture...car je crois bien qu'il est complètement déconnecté du monde agricole, d'ailleurs je pense que le jour où un ministre sera au top, cela sera quand lui a vécu les journées d'un agriculteur en l'étant auparavant... Ils prennent des décisions impossibles à adapter sur le terrain, je parle en autre de la PAC, devoir demander une demande d'autorisation d'exploiter quand on est exploitant depuis 30 ans, demander aussi celle ci quand on est soi même propriétaire des terres, ne pas donner la possibilité à quelqu'un de vouloir louer à qui il veut, en toute connaissance des choses , faire la part des choses entre les bons agriculteurs et les mauvais qui sont agriculteurs que par profit etc etc il y aurait de quoi écrire un livre ...abat la pac ...cela suffit dans quelques années il n'y aura plus d'agriculteurs des vrais ils sauront dégoûtés avant de commencer les formalités et pire après quand il y a les contraintes établies par des personnes qui n'y comprenne rien et qui sont tranquilles derrière leur bureau a bon entendeur ...bonsoir

Pour répondre à ce sujet, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

x